Ocean Selection

Du grand large à la plage : Toute l’actualité nautisme de www.SeaSailSurf.com

Pogo Structures

Charly Fernbach présente les Pogo 40S2 et Pogo 12.50

« Les bateaux ont les même œuvres vives mais des œuvres mortes et un cockpit différents »

mardi 29 décembre 2009La Rédaction

A l’occasion du salon nautique   de décembre, le chantier breton Structures, éditeur en série des Pogo de 6,50 à 12,18 mètres, présentait deux grandes nouveautés : Le Pogo 40S2, destiné à la course en Class40 et le Pogo 12.50, un nouveau bateau dont la carène est proche du nouveau 40’ mais destiné à la croisière… rapide !

« Le Pogo 40 d’origine était conçu à 80% pour la course et 20% pour la croisière » confiait Charly Fernbach sur le stand Structures du Nautic 2009. « La cible était alors les riches propriétaires qui voulaient participer à la Route du Rhum puis inviter leurs familles sur l’arc antillais. Depuis 2004 – 2005, la classe a évolué. La demande a cru et cela a impliqué un an de délai de livraison. Cela compliquait donc fortement les nouveaux projets sportifs. »

Structures fait alors évoluer son Class40 avec une version S plus course. « C’était la même carène que le Pogo 40 mais avec une construction optimisée. Le bateau a d’ailleurs gagné la transat Québec – Saint Malo. En fait, tout était différent sauf la carène » ajoute Charly. « Le 40S disposait d’une structure transversale à la façon des 60 pieds IMOCA comme Safran ».

Mais maintenant, cette « carène a fait son temps. La jauge a évolué tout comme l’usage de ces bateaux maintenant orientés 100% course. Et en nouvelle composante sur le circuit, il y a le tour du monde en Class40 (ndr : la Global Ocean Race). Avec le Pogo 40S2, on apporte le seul bateau dont la conception intègre ce tout du monde ! »

Pour ce nouveau Class40, Structures a de nouveau fait confiance au Groupe Finot pour lui concevoir les plans. Le Pogo 40S2 dispose d’une nouvelle carène à bouchain, d’un nouveau plan de pont, d’une nouvelle quille et de nouveaux safrans. Le constructeur   du Sud Finistère devrait disposer de deux à trois de ses nouvelles machines de course au départ de la prochaine Route du Rhum. De quoi relever le défi de conserver le titre acquis en 2006.

Côté prix, Structures suit la règle du marché en période de crise. Le prix n’augmente pas par rapport à l’ancienne version puisque le 40S2 est commercialisé à 228000 Euros hors taxes sans voile ni électronique.

- Voir la fiche sur le Pogo 40S2

Pogo 12.50, Hyde ou Jeckyll du 40S2 ?

Mais en sortant un bateau de course conforme à la jauge de la Class40, Structures n’allait-il pas oublier une partie de sa clientèle plus orientée croisière que course ? La réponse est non puisque le chantier et ses architectes Finot-Conq   ont décidé d’innover, une fois de plus, en présentant un produit exceptionnel, le Pogo 12.50.

Dans la lignée du 10.50 destiné à la course-croisière ou à la croisière (très) rapide, voici donc le 12.50. Un poil plus long que le Class40, il dispose en fait de la même carène (inférieure). Pour le reste tout est différent.

« Comme on avait besoin d’un bateau rapidement, on a décidé de construire deux moules » explique Charly, lui-même propriétaire d’un 10.50. « Il y a donc un moule pour le bateau de course et un moule pour le bateau de croisière. Les bateaux ont les même œuvres vives mais des œuvres mortes et un cockpit différents. » Le 12.50 dispose aussi d’un franc-bord surélevé ce qui en fait « deux bateaux différents ».

« Les idées qui ont mené au Pogo 12.50 étaient de partir au planning très tôt, de faire de la croisière rapide et de disposer d’une simplicité d’usage. Avec ce bateau, on se retrouve sur les terres du multicoque ! Du côté des emménagements, on reste dans la philosophie des Pogo. Par contre, il y aura une 3e cabine en option et même une porte pour les toilettes. Une nouveauté chez Structures ! Quant à la quille, elle est pivotante comme pour le 10.50. »

Le Pogo 12.50 est annoncé comme « incoulable » et disposant d’une couchette géante de 2,20 m x 1,40. La coque possède un hublot latéral et d’ailleurs les concepteurs ont travaillé sur la luminosité intérieure. Quand on veut jouer dans la catégorie des multicoques, cela passe aussi par le confort et l’ambiance intérieure…

Ce qui ne passe pas inaperçu à bord du bateau se passe sur et au dessus du pont. Les bouts sont camouflés au maximum afin de ne laisser apparaître que « le moins de ficelle possible ». Quant au mât, tout en carbone, il se passe de pataras avec des barres de flèches orientées à 25°. Les haubans rejoignent ainsi des cadènes très reculées. Privé de pataras, l’espar peut porter une grand-voile à corne façon mini 650 ou Class40 et autres 60 pieds Open. La classe.

Côté prix, le 12.50 est proposé beaucoup moins cher que le 40S2 à 222528 euros TTC, sans électronique ni voiles. Soit la version course-croisière au prix hors taxes de la version course.

- Voir la fiche sur le Pogo 12.50

Ch.Guigueno

Plus d’info sur www.pogostructures.com



A la une