Ocean Selection

Du grand large à la plage : Toute l’actualité nautisme de www.SeaSailSurf.com

Salon nautique

Philippe Starck réinvente le Hobie Cat

Avec le H+, le designer propose sa vision du catamaran de sport

lundi 21 décembre 2009La Rédaction

Le designer français Philippe Starck était au salon nautique   sur le stand Hobie Cat pour présenter sa vision   du catamaran de sport. « J’aime ouvrir les portes du cerveau humain » dit humblement la star du design. Voici sa vision   du Hobie du futur.

Né en 1969, le Hobie Cat 16 reste une référence en matière de catamaran de plage. Ses coques bananées et asymétriques lui évitent de faire appel à des dérives pour remonter au vent. En plus il peut s’échouer facilement sur une plage. Ses voiles lattées et son trampoline surélevé ont aussi fait son succès. Pourtant Starck pense pouvoir faire mieux avec le H+. H pour Hobie, + pour… plus mieux ?

« J’ai eu l’honneur de posséder et de barrer tous les modèles de Hobie Cat » confie Starck. Ce n’est donc pas sans expérience que le designer a revu la copie du Hobie 16, 40 ans après sa conception géniale par Hobie Alter. Il en résulte un catamaran de 5 mètres de long composé d’un système de relevage et protection des safrans original. C’est sans doute d’ailleurs, le point le plus intéressant de ce concept. Entre les coques, il a revu le trampoline pour installer une plateforme circulaire. C’est joli pour intégrer le logo Hobie, mais un catamaran de sport n’est-il pas conçu pour être mené depuis les trapèzes ? On imagine mal une famille embarquée au centre du catamaran avec d’énormes risques de chavirage dès que le vent monte un peu… Le barreur est quand même excentré et assis sur un siège fixé au bras circulaire qui maintient le trampoline. Mais son poids suffira-t-il à maintenir le catamaran à l’équilibre ?

Le H+ fourmille d’idées. Étonnant, Starck a imaginé un système de moteur électrique escamotable à la façon des propulseurs d’étrave sur les gros engins. On en ne sait jamais : si un pratiquant de catamaran de sport venait à vouloir sen servir d’annexe… Plus intéressant – et l’on retrouve-là le sens pratique du génie du design –, il y a deux roues fixées à un tube en L tordu qui viennent s’emboîter dans les flancs des coques. Elles disposent ainsi d’un bras de levier pour lever le bateau et évitent de faire appel à une remorque de plage. D’ailleurs, pour faire office de poignée à l’avant, c’est le mât lui-même qui pivote. On tient alors le pied de mât basculé en avant pour tenir le bateau. L’espar a aussi retenu l’attention du concepteur. Il est tenu par deux petits bras fixés sur les côtés intérieurs des étraves. On se passe alors des haubans. Pratique ! Efficace ?

Le H+ devrait sortir avant l’été 2010 et être commercialisé par Hobie Cat Europe, initiateur de la rencontre Starck – Hobie Cat, à moins de 10 000 euros. Il sera alors temps de vérifier si les portes du cerveau de Starck se sont ouvertes vers une nouvelle vision   du catamaran de sport. On verra si le H+ sera aussi général que ce bon vieux Hobie Cat 16 ou figurera plutôt dans la catégorie des engins de club de vacances (ce qui n’est pas moins honorable) comme les Dorugloff, Windkart ou autres chars à voile posés sur deux coques façon Blockart…

Ch.Guigueno.


Voir en ligne : Photo Pierrick Contin


Caractéristiques du H+ :

- Longueur : 5 mètres
- Largeur : 2,40 mètres
- Volumes de coques : 650 litres environ par coque
- Charge maximale : 350 kg
- Site : www.hobie-cat.net



A la une